top of page
  • Christelle Léonetti

Savoir dire NON


Ne vous êtes-vous jamais trouvé dans cette situation ou vous avez dit « OUI » alors qu’au fond de vous, vous mourriez d’envie de dire « NON » ? Par exemple, accepter une mission que vous ne vouliez pas, répondre dans l’urgence à une sollicitation extérieure non prioritaire pour vous, ou encore accepter une requête pour éviter un conflit.

Comment vous êtes-vous sentis dans une telle situation ?

Nous ne parlerons pas ici du NON « rebelle » dit d’opposition systématique mais plutôt du NON qui permet de s’affirmer, de se positionner et de ne plus subir, du NON qui est connecté à soi.

Pourquoi est-il important de savoir dire NON quand nous en ressentons la nécessité ? Et bien parce que le « faux oui » ou le « oui mais » crée un déséquilibre intérieur et génère du stress dès lors que nous ne sommes pas en phase avec nous-même. Parfois, nous nous sentons contraints de dire OUI par obligation, pour répondre aux attentes de la hiérarchie ou des collaborateurs, pour ne pas décevoir, par peur d’un conflit…

Certes, il y a toujours un risque à dire NON, le NON n’est jamais sans conséquences, mais jusqu’à quel point sommes nous prêts à nous sacrifier en affirmant un OUI qui ne nous correspond pas ?

Les influences culturelles, nos propres croyances (« ce n’est pas possible », « je ne peux pas dire ou faire ceci ou cela ») peuvent représenter des freins dans nos façons naturelles et habituelles d’agir.

Mais, voyons plus grand, prenons un peu de hauteur et regardons comment rendre ce NON acceptable, négociable, nuancé car il existe tellement de paliers possibles entre un OUI et un NON catégorique.

Il est question dans un premier temps d’en définir le contexte car un NON maintenant n’est pas forcément un NON jamais, il peut être requalifié. Aussi, le cadre pourra être déterminé en tenant compte de son propre degré d’acceptabilité, en posant des limites claires. Et puis, dresser un rapport entre le coût et les gains obtenus permet de poser un regard plus éclairé sur la situation : « Qu’est-ce que cela m’a couté de dire OUI alors que j’aurais tellement voulu dire NON ? » / « Quels seraient les bénéfices si je disais NON ? ».

Par conséquent, un NON réfléchi, contextualisé, mesuré peut amener à une situation d’équilibre.


Savoir dire NON redonne le pouvoir de s’affirmer et de ne plus subir en :
  • Se reconnectant à soi et en ayant une meilleure connaissance de ses limites

  • Etant cohérent par rapport à soi-même

  • Faisant preuve d’assertivité

  • En étant solide dans sa posture

  • Réduisant le facteur stress, donc en étant plus serein

9 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page